ODIIS

Une industrie de premier rang qui doit s’identifier

Les industries et technologies de santé françaises sont reconnues par les Pouvoirs publics comme un secteur stratégique dont le poids économique et le potentiel de croissance sont considérables. D’après le contrat de filière de santé 2013 « La filière représente plus de 75 Md€ de chiffre d’affaires en France, en forte croissance à l’international avec un potentiel supplémentaire de 70 M€ d’ici 2017. La filière compte près de 200 000 emplois, soit 4,6% des effectifs de l’industrie en France, et représente plus de 100 000 emplois indirects « .

Dans un environnement international extrêmement concurrentiel, la France fait encore parti des 5 à 10 pays qui dispose d’atouts scientifiques, industriels, médicaux et des infrastructures pour demeurer l’un des premiers pôles mondiaux d’innovation thérapeutique et d’industrialisation des produits de santé.

Cependant, ces atouts doivent être soutenus par des politiques publiques adaptées et volontaires pour doter notre pays de l’encadrement juridique, scientifique et économique propice au développement des entreprises et à l’attractivité des investissements internationaux.

A cet effet, la filière doit pouvoir disposer des données clés afin de permettre des diagnostics et des plans d’action partagés par les pouvoirs publics et les industriels.

La constitution d’un Observatoire des données et des indicateurs des industries de santé (ODIIS) doit y contribuer en agrégeant des informations parfois éparses.

Des programmes d’actions industrielles qui s’appuient sur les filières

Dans l’objectif de définir des politiques industrielles volontaristes, la notion de filière a été placée au centre de la nouvelle politique industrielle dont le Premier ministre a confié le développement au Ministère du redressement productif. Cette politique, impulsée dans le cadre du CNI (Conseil National de l’Industrie), a pour objectif de redonner à l’industrie tout son dynamisme et de renforcer la compétitivité des entreprises industrielles. A cette fin, une des orientations prises est de consolider la structuration des filières industrielles françaises. Quatorze filières stratégiques ont ainsi été identifiées, parmi lesquelles celle des Industries et Technologies de santé.
Une enquête de filière pour une meilleure connaissance des entreprises 

Si l’objectif des industries de santé est clairement identifiable : la défense de la santé des patients ; en revanche leur appartenance à la filière n’est pas toujours aisée.

En effet, le soin n’est plus seulement mono-produit mais implique des combinaisons de produits issus des activités du médicament humain et vétérinaire, du dispositif médical et du diagnostic in vitro. A cette complexité se rajoute, celle de la diversité des entreprises quant à leur taille. Aux côtés de grands groupes nationaux et internationaux coexistent une multitude de PME/ETI aux grandes potentialités de recherche et d’innovation. De plus certaines d’entre elles ont une activité qui n’est pas exclusivement dédiée à la santé comme les industries chimiques qui produisent les principes actifs du médicament mais peuvent aussi avoir une production destinée à d’autres utilisations.

La Féfis en partenariat avec la Direction générale de la compétitivité de l’industrie et des services (DGCIS) ont décidé de lancer une enquête de filière dont le but et de constituer un répertoire des acteurs de la filière (entreprises et établissements concernés).

Une fois le répertoire constitué, des statistiques agrégées seront produites par appariement avec les bases de données existantes sur les statistiques entreprises en France.

Pour en savoir plus :

– le questionnaire

le document d’aide