Enjeux de la filière

 

les industries de santé, un secteur stratégique

Des crises sanitaires majeures, telles que les menaces pandémiques H5N1 et H1N1, viennent régulièrement rappeler que les industries de santé sont un partenaire incontournable des Etats et des institutions mondiales pour anticiper et apporter des réponses en matière de protection, de prévention, de diagnostic et de traitement. Au quotidien, les industries de santé jouent un rôle essentiel pour la santé publique. Sur 18 000 pathologies recensées par l’OMS, 12 000 n’ont pas encore de réponse médicale satisfaisante. L’arrivée de nouveaux traitements, couplés à des systèmes de délivrance originaux, ainsi que l’amélioration continue des dispositifs médicaux innovants, améliorent la prise en charge sur la prise en charge thérapeutique, au point d’infléchir le pronostic de nombreuses maladies et d’améliorer la qualité de vie des malades.

Au plan économique et social

Les préoccupations légitimes sur le financement public de la santé et la croissance rapide de la consommation de soins et de biens médicaux ont tendance à masquer le rôle de moteur que joue ce secteur dans l’économie. La santé représente  environ 11% du PIB national pour un chiffre d’affaires annuel moyen de 65 milliards d’euros. Ce secteur contribue donc à la richesse nationale par les plus values fiscales et sociales qu’il génère. Le secteur est également contributeurs d’emplois.  D’après le rapport remis au Président de la République en 2008 par Jacques ATTALI sur la libération de la croissance française, le secteur de la santé (industrie et professionnels de santé) représenteraient près de 2 millions d’emplois, soit 9% de la population active (1). Les industries de santé, en croissance constante, sont marquées par un fort potentiel de création d’emplois. Des métiers diversifiés voient le jour et se greffent à d’autres activités créatrices d’emplois indirects, aussi bien dans l’industrie que dans les services. La fabrication d’une paire de lunettes correctrices requiert, par exemple, l’intervention de chimistes, d’ingénieurs et de techniciens spécialisés en physique, verrerie, mécanique ou encore informatique, mais aussi des designers, des industriels de la plasturgie. Les industries ont un effet d’entrainement sur d’autres secteurs d’activité, dans l’industrie comme dans les services.  En France, les industries de santé regroupent 211 000 collaborateurs exerçant de métiers très différents tels que la recherche, la médecine, l’encadrement juridique et réglementaire, la chimie, la logistique, le marketing, la protection environnementale, ou l’ingénierie.

Au plan local

Entre 2007 et 2008, la Féfis s’est engagée dans le recensement national exhaustif des industries de santé.  Cartéofis est la traduction de ce travail. Cette carte indique les implantations des sites de production, de recherche ainsi que les sièges sociaux des entreprises de santé représentées au sein de la Féfis (www.fefis.com/carteofis ). Il en ressort que ce secteur se caractérise par une grande diversité d’acteurs, répartis sur l’ensemble du territoire. Dans les régions se côtoient des entreprises aux profils et activités variés, constituant chacune un maillon de la chaine de santé.  Cet outil permet également de mettre en évidence le poids des industries de santé dans les tissus économiques régionaux.

a

LES INDUSTRIES DE SANTE, UN FACTEUR CLE DE COMPETITIVITE

La France doit faire face à la montée en puissance des nouveaux pays acteurs de l’innovation. Afin de demeurer compétitive, elle doit se positionner comme un leader dans ce domaine. Pour ce faire, les industries de la santé sont un atout stratégique. Elles encouragent une innovation utile qui accompagnerait les consommateurs dans leur vie quotidienne. Elles visent l’amélioration constante des produits de santé en permettant notamment de répondre à un besoin médical insatisfait. Elles ont choisi l’efficacité en se regroupant au sein de la Fédération Française des Industries de Santé (Féfis).

Les industries de santé souhaitent réunir l’ensemble des conditions propices à l’innovation dans le domaine de la santé. Par conséquent, elles ont choisi  d’encourager la création et le développement de plateformes de collaboration entre public et privé et de préparer les métiers de demain en accompagnant les parcours professionnels en santé.

La Féfis à pour vocation d’être un lieu d’échange et d’impulsions notamment dans le domaine de la recherche et développement. Le renforcement des interactions entre les chercheurs du domaine privé et public reste l’un de ses principaux objectifs.

Lors de la réunion du 27 octobre 2009 du Conseil Stratégique des Industries de Santé (CSIS), les pouvoirs publics et les industriels de santé ont pris un ensemble de mesures visant à promouvoir la collaboration entre les secteurs public et privé dans la recherche biomédicale. A l’issue de cette rencontre, il a notamment été décidé que l’Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé (AVIESAN) serait l’interlocuteur privilégié des industriels qui souhaiteraient nouer des partenariats stratégiques. Créée en avril 2009, AVIESAN rassemble les grands acteurs en sciences de la vie et de la santé en France (CEA, CHRU, CNRS, CPU, Inra, Inria, Inserm, Institut Pasteur, IRD).

La Féfis a saisi cette opportunité en participant activement à la création de l’ARIIS, qui regroupe toutes les industries de santé (médicaments humains et vétérinaires, dispositifs médicaux, dispositifs de diagnostic in vitro, technologies et biotechnologies de santé). ARIIS souhaite être l’interlocuteur de référence des pouvoirs publics en ce qui concerne le domaine de l’innovation et de la recherche. C’est dans ce cadre que ses missions convergent vers celles d’AVIESAN. Les 11 organisations professionnelles adhérant à la Féfis composent les membres de droit de l’association et participent aux frais généraux et/ ou de fonctionnement.  ARIIS organise des rencontres entre chercheurs de laboratoires publics et industriels. Elle a pu tisser des liens concrets avec AVIESAN, notamment par l’action de sa commission Valorisation. A titre d’exemple, cette collaboration s’est concrétisée par la participation d’ARIIS à la 2ème Journée Nationale des Innovations Hospitalières tenue le 17 juin 2011.

Liste des acronymes

a

a

(1) : « Le secteur de la santé ne constitue pas une charge mais un moteur de croissance .»  Jacques ATTALI, Rapport pour la libération de la croissance française